Défis et Opportunités : Perspectives du marché Immobilier Français en 2024
logo investir dans l'ancien blanc
  1. Articles
  2. Défis et Opportunités : Perspectives du marché Immobilier Français en 2024

Défis et Opportunités : Perspectives du marché Immobilier Français en 2024

L'année 2023 a été éprouvante pour le marché immobilier français, impactée par la baisse des transactions, l'augmentation des taux d'intérêt, une plus grande difficulté à obtenir des crédits et une incertitude économique généralisée. Dans ce contexte, acheteurs et vendeurs ont préféré la prudence, résultant en une réduction des échanges et des prix sur le marché.

Alors, que nous réserve 2024 ? Le secteur immobilier va-t-il se redresser ou poursuivre sa descente ? Nous explorerons ici les tendances actuelles et leurs conséquences pour l'année à venir, identifiant les principaux défis et les opportunités d'investissement à ne pas manquer. Quels seront les meilleurs secteurs et villes pour un achat immobilier prochainement ?

Cet article propose une analyse des perspectives du marché immobilier français pour 2024, s'appuyant sur des données et prévisions d'experts. Nous offrirons aussi des conseils pratiques pour mener à bien votre projet immobilier dans cet environnement en constante évolution.

Analyse des tendances actuelles et leurs implications pour 2024

Tendance des prix : entre stabilisation et légères corrections

La fin de l'année 2023 a vu les prix de l'immobilier reculer de 1,8 % en moyenne dans l'Hexagone, une tendance qui devrait perdurer en 2024, mais de manière plus douce avec une prévision de baisse de -4 %. Des villes comme Bordeaux et Lyon pourraient observer des baisses plus significatives, jusqu'à 8,6 % et 8,1 % respectivement.

Cette correction des prix trouve sa source dans divers facteurs, tels que la diminution de la demande sous l'effet de la montée des taux d'intérêt, le renforcement des critères d'octroi de crédit, l'incertitude économique et les répercussions de la crise sanitaire. Les acheteurs, plus prudents, repoussent ou révisent leurs plans, tandis que les vendeurs sont contraints d'ajuster leurs attentes à la réalité du marché.

Evolution des volumes de transactions : une dynamique à double tranchant

Malgré la baisse des prix, le marché a enregistré un net recul des transactions en 2023, culminant à son point le plus bas depuis 2013 avec une chute de 21,1 % des ventes de logements anciens. Le secteur du neuf n'est pas épargné, les réservations de logements neufs ayant chuté de 18,5 %.

Cette contraction s'explique principalement par la hausse des taux d'intérêt, restreignant le pouvoir d'emprunt des ménages et l'accès à la propriété, en particulier pour les primo-accédants. Les conditions de prêt se sont durcies, et l'impact économique de la crise sanitaire a érodé le pouvoir d'achat ainsi que la confiance des ménages.

Cependant, cette réduction du nombre de transactions n'induit pas uniquement un ralentissement du marché. Elle peut être vue comme une marque de sa maturation et de sa régulation, évitant ainsi la création d'une bulle spéculative. La baisse de transactions rime avec des biens de meilleure qualité sur le marché, répondant mieux aux attentes des acheteurs en termes de confort, d'efficacité énergétique et de localisation.

Impact des conditions de financement sur le marché immobilier

Les conditions de financement jouent un rôle crucial dans l'accès à la propriété. Entre 2021 et 2023, le monde de l'immobilier a été marqué par une forte hausse des taux d'intérêt des crédits immobiliers, conséquence directe des ajustements du taux directeur par la Banque centrale européenne (BCE) pour contrer l'inflation. Plus d'infos sur le financement ici.

Cette évolution a considérablement affecté le marché, réduisant la capacité d'emprunt des ménages et augmentant le coût du crédit. La capacité d'emprunt a notamment chuté de 16,7 % au cours de l'année 2023, tandis que le coût total d'un crédit a bondi de 75 %.

La demande pour les crédits immobiliers a diminué de 15 % en 2023, et la part des primo-accédants a sensiblement baissé. Toutefois, les prévisions pour 2024 sont plus optimistes. La BCE prévoit de stabiliser ses taux, ce qui pourrait entraîner une légère baisse des taux d'intérêt, encourageant ainsi la demande de crédit immobilier et favorisant une reprise du marché en 2024.

Les défis majeurs du marché immobilier français en 2024

La question de l'accessibilité au logement

L'accessibilité au logement représente un défi sociétal crucial, garantissant un droit universel. Malheureusement, de nombreux citoyens français éprouvent des difficultés à se loger, face à des obstacles tels que le coût prohibitif de l'immobilier, les conditions de financement contraignantes, une offre insuffisante de logements sociaux, et une instabilité économique généralisée. D'après l'Insee, 4 millions de personnes vivent dans des conditions de logement précaires, et 12 millions sont en situation de vulnérabilité liée à l'habitat.

Pour pallier ces difficultés, le gouvernement a initié diverses mesures visant à améliorer l'accès au logement pour tous :

  • L'assouplissement des règles d'accès aux prêts immobiliers, en conservant et améliorant le prêt à taux zéro (PTZ) ;
  • La promotion de l'accession sociale via le bail réel solidaire, permettant l'acquisition de logements à un coût inférieur au marché ;
  • L'amélioration de l'accès à la location pour les classes moyennes, en développant le logement locatif intermédiaire et en réformant la fiscalité locative ;
  • Le doublement des bénéficiaires de la garantie Visale, sécurisant les propriétaires et facilitant la location ;

  • La mise en œuvre du plan "Logement d'abord 2", visant à soutenir les personnes sans abri ou en hébergement temporaire.

Les conséquences de la réglementation environnementale

Le secteur du bâtiment joue un rôle essentiel dans la transition écologique, représentant 45 % de la consommation d'énergie et 27 % des émissions de gaz à effet de serre en France. En savoir plus sur l'impact environnemental.

Cette réglementation constitue à la fois un défi et une opportunité pour les professionnels, qui devront innover en matière de pratiques et de matériaux pour s'adapter à ces nouvelles normes, tout en favorisant la construction de bâtiments plus performants et confortables.

La gestion de l'offre et de la demande dans un contexte fluctuant

Le marché immobilier est influencé par une multitude de facteurs économiques, sociaux, démographiques, et environnementaux, entraînant des variations significatives de l'offre et de la demande. Ces fluctuations nécessitent une analyse attentive et une gestion prévisionnelle pour équilibrer l'offre et la demande.

Les variations de la demande dépendent du niveau des revenus, du coût du crédit, de la confiance des ménages, et des évolutions démographiques entre autres. Ces fluctuations peuvent impacter différents segments du marché, types de logements et zones géographiques. De même, l'offre de logements est influencée par la production de logements neufs, la disponibilité du parc existant et la politique du logement social, parmi d'autres facteurs.

Pour assurer un marché immobilier équilibré, il est crucial de disposer d'outils de suivi, d'analyse, et de prévision, permettant d'ajuster les stratégies en conséquence et de promouvoir la coopération entre les acteurs du secteur, tant publics que privés, pour développer des solutions répondant aux défis locaux et globaux.

Opportunités d’investissement et secteurs à privilégier

Face aux défis du marché immobilier français en 2023, 2024 réserve encore des opportunités d'investissement attractives, sous réserve de bien choisir les secteurs et les produits. Découvrons ensemble comment sécuriser un investissement immobilier fructueux et durable pour 2024.

L'immobilier neuf : un choix de qualité et de sécurité

Opter pour l'immobilier neuf, c'est s'assurer de nombreux avantages :

  • Une qualité de construction supérieure, respectant les dernières normes environnementales et techniques ;
  • Des frais de notaire réduits, oscillant entre 2 à 3 %, contrairement aux 7 à 8 % pour l'ancien ;
  • Des garanties légales (garantie décennale, biennale, et de parfait achèvement) protégeant l'acheteur ;
  • Des dispositifs fiscaux attractifs tel que le Pinel ou le Censi-Bouvard, offrant réductions d'impôt ou récupération de la TVA pour l'achat dans certaines résidences ;
  • Une facilité de financement grâce au prêt à taux zéro (PTZ) ou au prêt à l'accession sociale (PAS), selon certains critères.

L'immobilier neuf représente une option sécurisante pour les investisseurs, promettant performance, confort, et rentabilité. Cependant, la vigilance est de mise concernant le prix d'achat et l'attractivité de la localisation.

L'immobilier ancien : un choix de charme et de potentiel

L'immobilier ancien séduit par :

  • Son charme et son cachet unique, apprécié des amateurs d'authenticité ;
  • Une diversité de biens offrant un large choix selon ses besoins ;
  • Une opportunité de négociation du prix, plus souple que dans le neuf ;
  • Une chance de valorisation par des travaux de rénovation, respectant le caractère du bien ;
  • Des avantages fiscaux, via des dispositifs comme Denormandie ou Malraux, stimulant l'investissement locatif et la rénovation.

Un investissement dans l'ancien peut se révéler être un choix de cœur, offrant personnalisation et valorisation. Cependant, il convient de rester attentif à l’état du bien, au coût des travaux et à la performance énergétique.

Les secteurs géographiques à privilégier

Le choix de la localisation est crucial pour la réussite d'un investissement immobilier. Il est recommandé de considérer la demande locative, le dynamisme économique, ou encore le potentiel de valorisation. Parmi les zones à privilégier en 2024 figurent :

  • Les métropoles régionales (Nantes, Rennes, Toulouse, etc.), offrant démographie positive, croissance économique, et richesse culturelle ;
  • Les villes moyennes (Angers, Brest, Clermont-Ferrand, etc.), ciblées par les plans de revitalisation urbaine et de transition écologique ;
  • Les villes du littoral et de montagne, attrayantes pour les vacanciers et résidences secondaires, avec une demande locative saisonnière forte.

Ces secteurs géographiques constituent des choix stratégiques pour maximiser la rentabilité et la valeur d'un investissement immobilier en 2024. Une étude approfondie des caractéristiques et des dynamiques locales reste cependant impérative.

Conclusion

En 2024, le marché immobilier français fait face à d'éminents défis, émergeant de la combinaison de facteurs économiques, sociaux, démographiques et environnementaux. Ces difficultés se manifestent par une diminution des prix et du nombre de transactions, une détérioration des conditions de financement, des enjeux relatifs à l'accessibilité au logement, et l'impact des normes environnementales.

Cependant, le marché immobilier français recèle également d'opportunités d'investissement prometteuses, à condition de bien choisir les secteurs et les types de biens. L'immobilier neuf et l'ancien offrent des avantages respectifs qui doivent être pondérés selon vos objectifs personnels et votre profil d'investisseur. Les zones géographiques à considérer en priorité sont les métropoles régionales, les villes de taille moyenne, ainsi que celles du littoral et de montagne, qui jouissent d'un attrait marqué et d'un potentiel de plus-value notable.

Si vous envisagez d'investir dans l'immobilier en 2024, il est crucial de s'informer sur les dernières tendances, ainsi que sur les besoins et attentes du marché. Faites-vous accompagner par des professionnels qualifiés et expérimentés. Cela vous permettra d'effectuer un investissement immobilier rentable et durable, contribuant par la même occasion à la transition écologique et sociale du secteur bâtimentaire.

Découvrez le guide de l'investissement locatif

L'investissement immobilier locatif permet à la fois de se constituer un patrimoine immobilier et de percevoir des revenus locatifs rentables. Pour investir dans la pierre et tirer le meilleur parti de votre placement immobilier, consultez nos guides.

Pour approfondir