Comment faire passer un bien en DPE G en C ?
logo investir dans l'ancien blanc
  1. Articles
  2. Comment faire passer un bien en DPE G en C ?

Comment faire passer un bien en DPE G en C ?

Le DPE, ou diagnostic de performance énergétique, est une certification essentielle lors de la vente ou location d'un bien immobilier. Ce document révèle non seulement la consommation énergétique de la propriété, mais également son influence sur les émissions de CO2, ainsi que sa classification énergétique, de A (hautement performant) à G (fortement consommateur). Valable pour une durée de 10 ans, le DPE doit être établi par un professionnel accrédité.

Pourquoi se résigner à un bien classé en catégorie G, synonyme de dépenses énergétiques élevées et de confort thermique insuffisant? Saviez-vous qu'il est envisageable de transformer une habitation classée G en classe C, ou même mieux, grâce à des travaux de rénovation énergétique? Cette démarche permet de baisser significativement vos dépenses énergétiques, d'accroître la valeur de votre bien, et de participer activement à la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre de cet article, nous aborderons la manière d'interpréter un DPE, explorerons les options pour améliorer la performance énergétique d'un logement, et mettrons en lumière les différentes aides financières et accompagnements disponibles pour soutenir votre projet de rénovation.

Comprendre le DPE : De G à C, un saut énergétique

Qu'est-ce que le DPE et ses différentes classifications ?

Le DPE, ou diagnostic de performance énergétique, joue un rôle crucial en tant que document imposé pour la vente ou location d'un bien immobilier. Ce dossier révèle la consommation énergétique, son effet sur les émissions de gaz à effet de serre et attribue au bien une classe énergétique de A (très performant) à G (très énergivore). Le DPE, établi par un diagnostiqueur certifié, reste valide 10 ans.

Se basant sur une échelle de A à G, le DPE évalue la performance énergétique par rapport à deux indices principaux : la consommation d'énergie primaire, mesurée en kWh/m²/an, et les émissions de gaz à effet de serre, indiquées en kg équivalent CO2/m²/an. Ces mesures aboutissent sur deux étiquettes - énergie et climat - qui forment ensemble une unique classe énergétique.

L'importance d'améliorer le DPE d'un bien

Optimiser le DPE d'un bien impacte directement sa consommation énergétique. Cet atout, lors de la vente ou d'une mise en location, signifie des économies considérables et une baisse des emissions de gaz à effet de serre, alignées sur les préoccupations environnementales croissantes des acheteurs et locataires.

En outre, bonifier le DPE c'est aussi se prémunir face aux législations futures, particulièrement strictes envers les biens les moins performants ou "passoires thermiques". Depuis le 25 août 2022, il est interdit d'augmenter le loyer des logements classés F ou G. Et dès le 1er janvier 2023, la location des biens marqués G sera prohibée, avec une extension de cette mesure aux logements F en 2028.

Stratégies pour améliorer l'efficité énergétique d'un bien

Isolation : réduire les besoins en chauffage et en refroidissement

L'isolation constitue la première action vers une meilleure efficacité énergétique. Cette étape clé aide à maintenir la chaleur durant l'hiver et à garder la fraîcheur pendant l'été, réduisant ainsi les besoins de chauffage et de climatisation. Une bonne isolation touche plusieurs éléments de votre maison: les murs, le toit, les planchers, ainsi que les combles et les sous-sols.

Les matériaux comme la laine de verre, le polystyrène, le liège, ou la ouate de cellulose sont autant d'options pour isoler votre logement. Le choix se fera en fonction du type de paroi à isoler, des performances recherchées et du budget alloué.

Chauffage et eau chaude : opter pour des systèmes efficaces et éco-responsables

Le chauffage et la production d'eau chaude représentent une portion significative de la consommation énergétique d'un bien. Il est donc crucial de privilégier des systèmes à la fois performants et ajustés à vos besoins réels.

Diverses options de chauffage existent, telles que le système électrique, au gaz, au bois, ou encore la pompe à chaleur. Le choix se basera sur les caractéristiques de votre habitation, la superficie à chauffer, l'accès aux différentes sources d'énergie, ainsi que les coûts d'installation et de maintenance.

Pour l'eau chaude, le chauffe-eau électrique, thermodynamique, solaire, ou au gaz sont parmi les solutions envisageables. Votre décision dépendra de la capacité nécessaire, de la source d'énergie privilégiée, et des coûts initiaux et opérationnels.

Ventilation : assurer une qualité de l'air sans perte énergétique

Une bonne ventilation est essentielle pour garantir la qualité de l'air intérieur tout en évacuant l'humidité, les odeurs, et les polluants sans causer de perte énergétique significative. Opter pour un système de ventilation adéquat est donc vital.

La ventilation peut être naturelle, profitant des courants d'air via ouvertures, ou mécanique, utilisant ventilateurs et conduits. La ventilation mécanique peut être simple ou double flux, cette dernière récupérant la chaleur de l'air évacué pour chauffer l'air neuf injecté, optimisant ainsi les besoins en chauffage.

Fenêtres et portes : éliminer les ponts thermiques

Les fenêtres et les portes canalisent souvent les pertes thermiques et doivent être optimisées pour améliorer l'isolation générale. Choisir des fenêres et des portes à double ou triple vitrage, et s'assurer de leur bonne installation avec des joints adéquats, permet de limiter considérablement les déperditions énergétiques.

Énergies renouvelables : panneaux solaires et autres alternatives

Les énergies renouvelables représentent un choix durable et écologique pour réduire notre dépendance aux combustibles fossiles et limiter les émissions de gaz à effet de serre. Le solaire, en particulier, offre une solution accessible et économique pour les ménages.

On distingue deux catégories de panneaux solaires : les panneaux photovoltaïques, conçus pour produire de l'électricité, et les panneaux thermiques, qui génèrent de l'eau chaude. Ces installations peuvent prendre place sur les toitures, en façade ou directement au sol, selon les spécificités du site telles que son orientation, son inclinaison, et son niveau d'ensoleillement.

Opter pour des panneaux solaires permet non seulement de diminuer la facture d'énergie mais également de profiter de différentes aides financières, incluant le crédit d'impôt et la prime à l'autoconsommation. Bien que d'autres solutions comme l'éolien, la géothermie, ou la biomasse existent, elles restent moins courantes et supposent un investissement initial plus important.

Accompagnement et aides financières disponibles

Les diagnostics professionnels avant les travaux

Avant d'engager des travaux de rénovation énergétique, il est recommandé de consulter des professionnels certifiés pour réaliser des diagnostics obligatoires. Ces diagnostics aident à repérer les matériaux ou produits potentiellement dangereux, tels que l'amiante, le plomb ou les termites. Ils sont essentiels pour évaluer les risques pour la santé, la sécurité, et l'environnement, et définir les actions prioritaires pour améliorer la performance énergétique du logement.

Les diagnostics obligatoires avant les travaux incluent le repérage de l'amiante, du plomb, et des termites, ainsi que les interventions recommandées en fonction des résultats. Ignorer ces obligations réglementaires peut entraîner l'interruption des chantiers ou des sanctions pénales sévères en cas de mise en danger d'autrui.

Subventions et aides gouvernementales

De nombreuses subventions et aides gouvernementales sont disponibles pour financer les travaux de rénovation énergétique, sous réserve de certaines conditions liées aux ressources, à la performance énergétique des travaux, ou à la localisation du logement. Parmi elles figure MaPrimeRénov', une aide publique ouverte à tous les propriétaires et copropriétés, ajustée selon le revenu et le type de travaux.

Il y a également MaPrimeRénov' Parcours accompagné, un prêt à taux zéro destiné à couvrir le complément des travaux éligibles à MaPrimeRénov', avec un plafond de 50 000 € et une durée maximale de 20 ans. Le chèque énergie contribue au paiement des factures d'énergie ou au financement de travaux de rénovation, calculé selon les revenus et la composition du foyer. Sans oublier les aides locales, proposées par les collectivités territoriales, fournisseurs d'énergie, ou organismes sociaux, qui viennent compléter l'offre nationale.

Les crédits d'impôt et éco-prêts pour les travaux de rénovation énergétique

Au-delà des subventions et aides gouvernementales, les crédits d'impôt et éco-prêts représentent des solutions financières avantageuses pour les travaux de rénovation énergétique. L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), par exemple, permet de financer jusqu'à 50 000 € de travaux d'amélioration de la performance énergétique, sans intérêts, sur une durée maximum de 15 ans. L'éco-PTZ Copropriété offre des conditions similaires pour les projets collectifs.

Quant au crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), il donne droit à une réduction d'impôt pour une partie des dépenses engagées dans les travaux de rénovation, jusqu'à une limite de 30 % des dépenses éligibles. Le seuil plafond est fixé à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple. Un autre crédit d'impôt est proposé pour la rénovation d'habitations, permettant une déduction fiscale de 15 % des dépenses éligibles, avec un maximum de 50 000 $ par logement.

Conclusion

Comme vous l'avez saisi, transformer un bien de classe énergétique DPE G en C est non seulement faisable mais aussi extrêmement avantageux. Cette métamorphose est rendue possible grâce à des interventions significatives en matière de rénovation énergétique, notamment l'amélioration de l'isolation, du système de chauffage, de ventilation, ainsi que le remplacement des fenêtres et des portes, sans oublier l'adoption des énergies renouvelables. Les bénéfices ? Une réduction notable de vos dépenses énergétiques, une valorisation de votre patrimoine immobilier, l'optimisation de votre confort thermique et une contribution efficace à la protection de l'environnement.

Pour mener à bien votre projet, sachez que vous pouvez bénéficier d'un accompagnement de qualité, incluant des diagnostics réalisés par des professionnels, ainsi que des aides financières telles que des subventions, des crédits d'impôt et des éco-prêts mise à disposition par les gouvernements. N'hésitez donc plus et engagez-vous dès maintenant dans la rénovation énergétique de votre bien !

Découvrez le guide de l'investissement locatif

L'investissement immobilier locatif permet à la fois de se constituer un patrimoine immobilier et de percevoir des revenus locatifs rentables. Pour investir dans la pierre et tirer le meilleur parti de votre placement immobilier, consultez nos guides.

Pour approfondir