8 conseils pour Investir dans l’Immobilier !
logo investir dans l'ancien blanc
  1. Articles
  2. 8 conseils pour Investir dans l’Immobilier !

8 conseils pour Investir dans l’Immobilier !

Le secteur de l'immobilier séduit un large éventail d'investisseurs, motivés par la construction de patrimoine, la génération de revenus supplémentaires ou les incitations fiscales. Cependant, investir dans l'immobilier demande prudence et dévouement. Il est essentiel de sélectionner la bonne propriété, située idéalement, à un prix approprié, et de s'engager dans une gestion efficace. Vous vous demandez comment réussir votre investissement immobilier ? Vous souhaitez connaître les écueils à éviter et les astuces à appliquer ?

Cet article est là pour vous éclairer. Nous vous partageons 8 conseils essentiels pour un investissement immobilier réussi, utiles que vous soyez novice ou investisseur averti. Ces recommandations vous aideront à optimiser votre rentabilité, à réduire vos risques, et à saisir les avantages que présente le marché immobilier actuel. Laissez-vous guider !

Identifier une Ville et un Secteur Attractif

L'investissement immobilier exige plus qu'un choix aléatoire de ville; un examen de son potentiel, de sa dynamique, de sa demande et de ses perspectives d'avenir est crucial. Avec des marchés immobiliers qui offrent des degrés d'opportunités variés, comment déterminer le véritable potentiel d'une ville pour l'investissement ? Quels sont les facteurs clés ?

Le premier critère à considérer est le dynamisme économique de la ville. Cela implique d'évaluer la présence d'un réseau d'entreprises résilient et hétérogène, générateur d'emplois et attirant les professionnels. Une économie vigoureuse annonce une demande locative régulière et la solvabilité des locataires, tout en facilitant l'augmentation de la valeur des biens immobiliers sur la durée.

Le deuxième critère clé est la présence d'établissements d'enseignement supérieur de qualité. Une ville universitaire, riche en infrastructures académiques reconnues, a beaucoup à offrir à un investisseur immobilier : non seulement un bassin constant de locataires mais aussi la possibilité de diversifier les types de logements proposés. En sus, ces villes riment souvent avec une qualité de vie enrichissante, entre culture et loisirs.

Le troisième facteur à examiner est la rentabilité de l'investissement dans la ville ciblée. Il s'agit de confronter le prix d'achat au mètre carré au loyer moyen demandé, afin d'en extraire le taux de rentabilité brute. Cet indice reflète le lien entre les revenus locatifs annuels et le coût d'achat du bien. Un taux élevé équivaut à un investissement plus lucratif. Cependant, il est impératif de prendre en compte les charges, les taxes et les frais de gestion pour aboutir à la rentabilité nette.

Ces trois critères sont cruciaux pour choisir une ville et un secteur porteurs pour investir dans l'immobilier. Mais ils ne sont pas exhaustifs. Il est conseillé aussi de s'informer sur la demande locative actuelle, la qualité de vie, les projets d'aménagement urbain et les nuances du marché immobilier local. Pour affiner votre sélection, tournez-vous vers des plateformes spécialisées, études de marché ou consultez des experts du domaine.

Calculer votre Capacité d’Emprunt

Lorsque vous projetez d'investir dans l'immobilier, déterminer votre capacité d'emprunt est une étape cruciale. Cette capacité représente le montant maximum que vous pouvez rembourser chaque mois tout en conservant un équilibre financier sain. Alors, comment s'y prendre pour la calculer ? Quels facteurs entrent en ligne de compte ?

Le premier facteur essentiel est votre taux d'endettement. Il reflète la proportion de vos revenus mensuels dédiée au paiement de vos dettes. Pour le calculer, divisez la totalité de vos charges fixes (telles que loyers, crédits existants, pensions alimentaires, etc.) par l'ensemble de vos revenus nets (salaire, pensions de retraite, revenus locatifs, etc.). Le résultat ne doit pas dépasser 35 %, seuil maximal recommandé par les instances financières. Un taux au-delà de ce seuil pourrait signifier un risque de surendettement et une difficulté à gérer les imprévus.

Le second facteur à examiner est votre reste à vivre. C’est la somme d'argent qui vous reste après avoir payé l'ensemble de vos charges. Ce montant doit être suffisant pour subvenir à vos dépenses courantes (alimentation, factures d'énergie, transport, loisirs, etc.) et permettre une épargne. Bien qu'il n'y ait pas de norme fixe pour un reste à vivre idéal, celui-ci dépendra de critères personnels comme votre situation familiale, le coût de la vie dans votre région et vos habitudes de consommation.

Le troisième facteur important est votre apport personnel. Correspondant à l'argent que vous êtes en mesure de dédier directement au financement de votre acquisition immobilière, l'apport est généralement constitué de votre épargne, de la vente d'un bien précédent ou d'un don familial. Bien qu'il ne soit pas obligatoire, disposer d'un apport est fortement recommandé. Il témoigne de votre engagement dans l'achat, diminue la somme à emprunter et améliore vos chances d'obtention de crédit. En général, l'apport devrait représenter au moins 10 % du coût total du bien afin de couvrir les frais annexes, tels que les honoraires de notaire, frais d'agence et garanties.

La combinaison de ces trois éléments permet d'établir votre capacité d'emprunt par cette formule : (revenus - charges) x 33 / 100. Ce chiffre est la mensualité maximale que vous pouvez assumer. Pour estimer le montant total que vous pouvez emprunter, multipliez cette mensualité par la durée du prêt en mois, en intégrant le taux d'intérêt annuel. Les simulateurs en ligne peuvent être d'une grande aide pour effectuer diverses simulations et identifier l'équilibre parfait entre la durée du prêt, le taux d'intérêt et le montant à emprunter.

Faites Attention à la Fiscalité

L’investissement immobilier engage une attention particulière à la fiscalité. En effet, les revenus locatifs que vous percevez sont soumis à l'impôt sur le revenu, tandis que votre patrimoine immobilier peut être concerné par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Vous vous demandez peut-être comment alléger ces impositions ? Quelles sont les options de défiscalisation qui s’offrent à vous ?

Tout d'abord, il est crucial de distinguer le type de location pratiquée. La location non meublée vous place dans la catégorie des revenus fonciers, tandis que la location meublée est classée sous les bénéfices industriels et commerciaux (BIC). En fonction du type de location, vous avez le choix entre divers régimes fiscaux, chacun présentant ses modalités de calcul et avantages spécifiques. Par exemple, vous pouvez opter pour le régime du micro-foncier ou celui du réel dans le cas de la location non meublée, tandis que le micro-BIC ou le réel simplifié sont envisageables pour de la location meublée. Il est indispensable de comparer ces régimes afin d'opter pour celui le plus bénéfique à votre situation.

Ensuite, il faut considérer les dispositifs de défiscalisation disponibles. De nombreuses options, permettant des réductions ou des crédits d'impôt en contrepartie d'un investissement immobilier sous certaines conditions, existent. Ainsi, vous pourriez tirer avantage du dispositif Pinel, Denormandie, Censi-Bouvard, ou encore vous appuyer sur le principe du déficit foncier. Chacun de ces dispositifs présente des objectifs, plafonds et durées d’engagement variés. Se renseigner minutieusement sur les critères d’éligibilité et les modalités de chaque mesure est essentiel.

Le dernier point crucial concerne l’impact de l'IFI sur votre patrimoine. L'IFI s'applique aux patrimoines immobiliers nets taxables excédant 1,3 million d'euros au 1er janvier de l’année. Pour réduire ou esquiver cet impôt, des solutions telles que l'achat en démembrement de propriété, l'investissement dans des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI), ou dans des monuments historiques existent. Il est recommandé de s’informer sur les biens immobiliers soumis à exonération ou exonération partielle d’IFI et sur les possibles stratégies d'optimisation fiscale.

Déterminer un Profil Locataire Idéal

Trouver le locataire idéal est un enjeu majeur pour maximiser la rentabilité et assurer la longévité de votre investissement immobilier. Définir ce profil nécessite de prendre en compte plusieurs critères adaptés à votre bien et à vos objectifs. Quels aspects sont essentiels pour identifier le candidat approprié ?

Le premier facteur concerne le type de bien proposé. Une location nue attire généralement des locataires souhaitant s'établir sur le long terme, tels que des familles ou des couples stables. À l'inverse, une location meublée est plus appropriée pour ceux recherchant une solution plus flexible, comme des étudiants ou des professionnels en début de carrière. Sélectionnez la forme de location en adéquation avec le profil désiré.

Le deuxième facteur est lié à l'emplacement de votre propriété. Une zone urbaine animée offrant emplois, transports et services attirera probablement des actifs et des étudiants. Dans un quartier paisible doté de commodités, d'écoles et de parcs, vous aurez plus de chance de séduire des familles ou des personnes retraitées. Et les secteurs en pleine mutation, marqués par des projets urbains, pourront intéresser des investisseurs ou des accédants à la propriété. Il est donc crucial de comprendre les particularités de votre marché local pour orienter votre offre locative.

Le troisième critère à considérer est la solidité financière de votre locataire. Il est indispensable que le locataire ait des revenus fiables et constants, garantissant le paiement du loyer et des charges sans accroc. Il convient de demander des preuves de ses ressources, telles que des bulletins de salaire, des avis d'imposition ou des extraits de compte. Des garanties complémentaires, comme une caution, une assurance contre les loyers impayés ou une garantie Visale, peuvent s'avérer nécessaires. Ainsi, le choix de votre locataire devra se porter sur des critères de solvabilité, de stabilité professionnelle et de sérieux.

Choisir le type de gestion : locative ou Personnelle ?

Lorsque vous vous lancez dans l'investissement immobilier, une décision cruciale s'impose : devez-vous opter pour une gestion locative professionnelle ou prendre les rênes vous-même ? Cette question est fondamentale car la gestion de votre propriété comporte un éventail de responsabilités, certaines pouvant s'avérer complexes et consommatrices de votre temps précieux. Déterminer le bon choix entre confier la gestion à un expert ou s'en occuper en personne implique de peser soigneusement les avantages et les inconvénients inhérents à chaque option.

Engager un professionnel pour la gestion locative signifie déléguer la responsabilité de votre bien à un tiers, par exemple un agent immobilier, un administrateur de biens ou une plateforme spécialisée en ligne. Cette personne prend en charge l'intégralité ou une partie des procédures associées à la location : recherche de locataires, rédaction du bail, réalisation des états des lieux, recouvrement des loyers et gestion des travaux nécessaires. Les honoraires de ces services correspondent généralement à un pourcentage des loyers récoltés.

Choisir la gestion locative professionnelle vous offre plusieurs avantages notables : une économie de temps considérable, l'accès à l'expertise et au réseau du professionnel, l'évitement du stress et des conflits potentiels, ainsi qu'une optimisation possible de votre situation fiscale. Néanmoins, les inconvénients comprennent une diminution de vos revenus locatifs due aux honoraires, une perte de contrôle sur votre propriété et la dépendance vis-à-vis de la qualité du service fourni par le professionnel.

Opter pour une gestion locative en propre exige de vous de prendre en main toutes les actions liées à la location : trouver un locataire, rédiger le contrat de bail, organiser les états des lieux, recouvrer les loyers et superviser les éventuelles réparations. Ce choix vous affranchit de frais de gestion, mais requiert de votre part une maîtrise stricte de la réglementation en vigueur.

Gérer vous-même votre bien présente plusieurs atouts : la conservation intégrale de vos revenus locatifs, le maintien d'un contact direct avec votre locataire, un contrôle total sur votre investissement immobilier et la capacité de personnaliser votre offre de location. Cependant, les désavantages ne sont pas à négliger : l'investissement en temps nécessaire, la nécessité de posséder des compétences et connaissances spécifiques, les risques juridiques et financiers encourus ainsi que le poids du stress et des différends qui peuvent survenir.

Investir dans l'Ancien pour un Meilleur Rendement

Face au dilemme de l'investissement immobilier, il est crucial de peser le pour et le contre entre logements neufs et anciens. Bien que les logements neufs offrent des garanties attrayantes telles que les normes énergétiques actuelles, la garantie décennale et une TVA réduite, les biens plus anciens se distinguent par leur potentiel de rendement supérieur. Leur attractivité réside dans leur moindre coût d'acquisition, la liberté de personnalisation par des rénovations, et l'accès à des avantages fiscaux. Mais quels sont les points clés pour optimiser cet investissement dans l'ancien ?

Le coût d'acquisition constitue votre premier indicateur. Les biens anciens affichent un prix au mètre carré plus abordable de 10 à 30 % par rapport aux neufs, favorisant ainsi une meilleure économie de départ. Cette réduction peut se transformer en une rentabilité optimisée, à condition que l'état du bien soit convenable ou que les travaux de rénovation soient judicieusement gérés. N'oubliez cependant pas de tenir compte des frais de notaire plus élevés dans l'ancien – entre 7 et 8 % du prix d'achat, contre 2 à 3 % dans le neuf.

Le deuxième aspect à considérer est la qualité du bâtiment et sa performance énergétique. Les propriétés anciennes séduisent souvent par leur charme unique, un aspect décisif pour attirer locataires ou acheteurs. Les rénovations ne sont pas seulement une occasion d'améliorer le bien, elles peuvent également engendrer une valorisation de votre investissement et une diminution des charges. De plus, ces travaux peuvent vous ouvrir les portes à des dispositifs de défiscalisation variés, comme le déficit foncier, la loi Denormandie ou la loi Malraux. Cependant, prudence est de mise concernant les vices cachés, les normes de sécurité et le diagnostic de performance énergétique (DPE), des facteurs qui peuvent influencer à la fois le coût des rénovations et la rentabilité de l'investissement.

Le dernier point essentiel réside dans le type de location et le régime fiscal adéquat. L'ancien vous permet de choisir entre une location meublée ou non meublée, selon le profil de vos locataires potentiels. Généralement, opter pour une location meublée est synonyme de rendement amélioré grâce à des loyers plus élevés, une fiscalité plus favorable, et des engagements contractuels plus flexibles. Le régime fiscal variera selon la nature de la location, le montant des loyers perçus et des charges afférentes. Les deux régimes principaux sont le micro-foncier ou le réel pour les locations vides, et le micro-BIC ou le réel simplifié pour les locations meublées. Le choix de ce régime fiscal est déterminant pour l'impact qu'il aura sur la rentabilité de votre placement.

Location Nue ou Location Meublée ?

Lorsque vous envisagez d'investir dans l'immobilier, le choix crucial entre location nue ou location meublée se présente. Chacune offre des spécificités, avantages et inconvénients à ne pas négliger. Comment prendre la bonne décision ? Sur quels éléments baser votre choix ?

Le rendement de l'investissement est le premier élément clé. Ce critère évalue le ratio entre les revenus générés par la location et le coût initial de l'acquisition du bien. La location meublée se distingue souvent par un rendement supérieur, en permettant un loyer plus conséquent, en offrant des avantages fiscaux et des opportunités de défiscalisation. C'est donc un choix à privilégier si votre objectif est de maximiser les revenus locatifs.

Le second critère concerne la durée du bail et la stabilité de la location. La location nue propose un bail d'une durabilité minimum de 3 ans, avantageux pour la sécurité du propriétaire. À l'inverse, le bail de la location meublée est d'un an ou de 9 mois pour les étudiants, ce qui augmente le risque de ne pas avoir de locataire sur certaines périodes. Vous préférerez donc la location nue si votre priorité est de sécuriser votre investissement à long terme.

Enfin, analysez le coût et l'entretien du bien. La location nue est souvent moins coûteuse, car elle exclut l'équipement et le mobilier. Pour la location meublée, outre la nécessité de fournir un ameublement conforme à la réglementation, vous serez en charge du remplacement et de la réparation des équipements et mobiliers en cas de dégradation. Si réduire les dépenses est votre but, la location nue est plus économique.

Quel type de prêt est fait pour vous ?

Investir dans l'immobilier nécessite de choisir le prêt idéal, adapté à vos besoins. Il existe divers types de prêts immobiliers, chacun avec ses particularités, avantages et limites. Pour déterminer le prêt qui est en accord avec vos aspirations, votre budget, et vos ambitions, divers critères doivent être évalués.

Le premier critère à considérer est le montant du prêt. Cela correspond à la somme pouvant être empruntée pour l'achat de votre bien immobilier. Ce montant reflète votre capacité d'emprunt, qui est influencée par votre apport personnel, et le coût de la propriété visée. Il est possible d'ajouter à votre prêt des aides supplémentaires, telles que le prêt à taux zéro, le prêt épargne logement, ou encore le prêt conventionné, offrant ainsi des conditions préférentielles telles qu'un taux d'intérêt réduit, une durée de prêt étendue, ou l'annulation de certains frais.

Le second critère important est le taux d'intérêt. Représentant le coût de l'emprunt, ce pourcentage s'ajoute au capital emprunté. Il varie selon la catégorie de prêt, la durée de remboursement, et la situation économique actuelle. Il est possible de choisir entre un taux fixe, restant stable durant toute la période de remboursement, et un taux variable, évoluant en fonction du marché. Par ailleurs, il est judicieux de discuter du taux d'intérêt avec votre banque en tenant compte de votre profil client, votre apport personnel, et les spécificités de votre projet immobilier.

Le troisième critère est le type de remboursement. Cela détermine comment vous allez rembourser le capital et les intérêts. Le crédit amortissable est souvent le choix standard : il vous engage à payer une portion du capital et les intérêts chaque mois. D'autres options comprennent le prêt relais, facilitant l'acquisition d'une nouvelle propriété en attendant la vente de la précédente, ou le prêt in fine, permettant de rembourser l'intégralité du capital au terme de l'emprunt. Pour ceux ayant différents prêts, le crédit lissé est une alternative, visant à équilibrer les montants des mensualités.

Conclusion

Investir dans l'immobilier constitue une stratégie avantageuse pour bâtir votre patrimoine, générer un revenu complémentaire, et alléger votre charge fiscale. Toutefois, l'investissement immobilier requiert une approche sérieuse et informée. Prenez le temps de bien vous informer, de vous former sur le sujet, et de solliciter l'accompagnement de professionnels avisés. Il est crucial de choisir une propriété adaptée, située dans un lieu stratégique, offerte à un prix juste, et de gérer ce bien de manière efficiente.

Ce guide vous a présenté 8 conseils clés pour investir efficacement dans l'immobilier, que vous soyez novice ou chevronné dans le domaine. Ces recommandations vous ont éclairé sur les aspects fondamentaux à considérer pour un investissement réussi, notamment le choix de la localisation, l'évaluation de votre capacité d'emprunt, la compréhension de la fiscalité, le profil de vos locataires, la méthode de gestion, le type de bail, et les options de financement disponibles. Nous espérons que ces suggestions vous seront bénéfiques pour réaliser votre projet immobilier.


Découvrez le guide de l'investissement locatif

L'investissement immobilier locatif permet à la fois de se constituer un patrimoine immobilier et de percevoir des revenus locatifs rentables. Pour investir dans la pierre et tirer le meilleur parti de votre placement immobilier,  consultez nos guides.

Vous y trouverez notamment  le guide du rendement locatif, vous offrant des stratégies pour maximiser vos revenus des informations détaillées sur  l'investissement à l'étranger, pour diversifier et sécuriser vos actifs et une analyse approfondie de  l'immeuble de rapport, qui présente les avantages et les considérations essentielles liés à la possession de plusieurs unités de location au sein d'un même bâtiment. Ces ressources sont indispensables pour tout investisseur sérieux souhaitant maîtriser les subtilités de l'investissement immobilier.

Pour approfondir

Les meilleures villes pour investir en France
Les meilleures villes pour investir en France

Vous envisagez d'investir dans l'immobilier en France, mais l'indécision quant au choix de la ville vous freine ? Vous questionnez sur les destinations offrant à la fois une rentabilité, un dynamisme et une attractivité supérieurs ? Si vous recherchez des recommandations pour maximiser votre investissement locatif, vous êtes exactement là où il faut être ! Dans cet article, nous explorerons ensemble les meilleures villes pour réaliser un investissement immobilier en France pour l'année 2024, en prenant en compte divers facteurs clés : prix de l'immobilier, rendement locatif, tendances du marché, avantages de la loi Pinel, ainsi que le risque de vacance locative, parmi d'autres. De plus, nous vous fournirons des conseils pratiques pour concrétiser votre investissement immobilier, que vous visiez l'achat d'un appartement ou d'une maison, dans le cadre d'une location meublée professionnelle ou non, au sein d'un projet immobilier neuf ou existant. Avant de plonger dans notre sélection des destinations les plus avantageuses pour investir en France, faisons un rapide état des lieux du marché immobilier français en 2024. Quelles tendances se dessinent ? Quelles sont les opportunités à saisir et les pièges à éviter ? Et concernant les zones géographiques, quelle région présente le plus d'avantages ? Le Nord ou le Sud ? Les métropoles ou les villes de taille intermédiaire ? Les villes déjà reconnues ou celles en devenir ? Nous répondrons à toutes ces questions dans la suite de cet article.

6/16/2024Marché de l'immobilier
Les meilleures villes pour investir en France
Les meilleures villes pour investir en France

Vous envisagez d'investir dans l'immobilier en France, mais l'indécision quant au choix de la ville vous freine ? Vous questionnez sur les destinations offrant à la fois une rentabilité, un dynamisme et une attractivité supérieurs ? Si vous recherchez des recommandations pour maximiser votre investissement locatif, vous êtes exactement là où il faut être ! Dans cet article, nous explorerons ensemble les meilleures villes pour réaliser un investissement immobilier en France pour l'année 2024, en prenant en compte divers facteurs clés : prix de l'immobilier, rendement locatif, tendances du marché, avantages de la loi Pinel, ainsi que le risque de vacance locative, parmi d'autres. De plus, nous vous fournirons des conseils pratiques pour concrétiser votre investissement immobilier, que vous visiez l'achat d'un appartement ou d'une maison, dans le cadre d'une location meublée professionnelle ou non, au sein d'un projet immobilier neuf ou existant. Avant de plonger dans notre sélection des destinations les plus avantageuses pour investir en France, faisons un rapide état des lieux du marché immobilier français en 2024. Quelles tendances se dessinent ? Quelles sont les opportunités à saisir et les pièges à éviter ? Et concernant les zones géographiques, quelle région présente le plus d'avantages ? Le Nord ou le Sud ? Les métropoles ou les villes de taille intermédiaire ? Les villes déjà reconnues ou celles en devenir ? Nous répondrons à toutes ces questions dans la suite de cet article.

6/16/2024Marché de l'immobilier