Réservez votre rdv

Parlons du régime fiscal LMNP



Parlons du régime fiscal LMNP

Le régime fiscal LMNP (location meublée non professionnelle) est le régime idéal pour quelqu’un qui souhaite faire son premier investissement immobilier. Ce régime est très avantageux pour diverses raisons que nous évoquerons par la suite.

Les conditions pour souscrire au régime fiscal LMNP :

Il faut respecter plusieurs conditions pour pouvoir profiter du régime fiscal LMNP.

Premièrement, le logement doit être loué meublé. Attention, meublé ne signifie pas disposer un lit et une chaise dans l’appartement ; il faut respecter scrupuleusement la liste des meubles nécessaires ; vous pourrez trouver cette liste sur le site du gouvernement.

Deuxièmement, pour être admis au régime LMNP, les revenus obtenus grâce à la location de votre bien doivent être imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Dernière point, pour pouvoir bénéficier de ce régime vous devez respecter au moins un de ses 2 points :

  • Vos revenus locatifs annuels ne doivent pas dépasser 23 000€.
  • Il ne faut pas que votre investissement immobilier soit votre revenu principal, c’est-à-dire que les loyers perçus ne doivent pas dépasser 50% des revenus du foyer fiscal.

Dans l’hypothèse où ces deux seuils sont dépassés, le régime LMP (location meublée professionnelle) s’appliquera.

Zoom sur le régime fiscal LMNP :

La TVA n’est pas applicable à la location meublée non professionnelle (hormis dans certains cas bien précis).

Le régime micro-BIC s’applique au LMNP. Par conséquent, le LMNP va influer sur le calcul de l’impôt sur les revenus du propriétaire.

Le régime LMNP présente un avantage indéniable. Il s’agit de l’abattement de 50% appliqué sur les loyers. En raison de cet abattement, seule la moitié des recettes sera imposée à l’impôt sur le revenu.

A noter toutefois que le propriétaire peut renoncer à cet abattement et opter pour le régime réel.

Le régime réel permet de déduire des revenus locatifs plusieurs charges locatives qu’il a engagées :

  • Travaux,
  • Taxe foncière,
  • Frais de gestion,
  • Intérêt d’emprunt,
  • Frais de notaire,
  • Mobilier.